La route: réalité et représentation dans l'œuvre de Wole Soyinka

Front Cover
Rodopi, 1994 - 390 pages
L'image obsédante de la route parcourt toute l'oeuvre de l'écrivain nigérian Wole Soyinka, prix Nobel de littérature en 1986. Chemins, pistes et autoroutes, voies construites par des «bâtisseurs d'empires» restituent à un premier niveau de lecture des réalités géographiques, sociales, linguistiques, économiques et politiques. A partir de La Route (pièce charnière publiée en 1965), le présent ouvrage explore toute l'oeuvre de Soyinka (théâtre, poésie, roman, autobiographie, essais) dans sa mobile complexité et tisse des réseaux de correspondances liés à la figure centrale et ambivalente d'Ogun, dieu yoruba du fer, de la créativité et de la destruction, mais aussi dieur de la Route....
Puisant dans la richesse des cultures africaines, Soyinka réinterprète l'espace métaphysique et mythique yoruba et le transforme en mythologie personnelle; il s'approprie en même temps divers modes de pensée et de représentation (imagerie biblique, théâtre rituel, grec, shakespearien ou brechtien) pour nous faire accéder à des itinéraires inconnus. Il nous permet ainsi d'explorer les routes de la transition avec leurs «êtres du passage» et leurs «créatures crépusculaires, » mais aussi celles hantées par les chauffards de la religion, de la politique et de la critique littéraire qui participent à la «danse macabre» contemporaine que l'auteur met en scène.
La dynamique, l'ampleur et la complexité du thème de la route se retrouvent dans le mélange des genres et des formes constamment renouvelés de cette oeuvre mythopoétique et iconoclaste, tragique et satirique, comique et cosmique, parodique et truculente, restituant la complexité du monde dans sa transparence comme dans son opacité.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

INTRODUCTION
1
DE LA PISTE À LAUTOROUTE
13
LES ACCIDENTS DE LA ROUTE
103
LES ROUTES DE LA TRANSITION
163
LA QUÊTE
233
Copyright

Common terms and phrases

Popular passages

Page 14 - Six black men advanced in a file, toiling up the path. They walked erect and slow, balancing small baskets full of earth on their heads, and the clink kept time with their footsteps. Black rags were wound round their loins, and the short ends behind waggled to and fro like tails. I could see every rib, the joints of their limbs were like knots in a rope; each had an iron collar on his neck, and all were connected together with a chain whose bights swung between them, rhythmically clinking.

Bibliographic information