Mémoires politiques et militaires pour servir à l'histoire de Louis XIV et de Louis XV, Volume 4

Front Cover
Chez la Société Typographique, 1778

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 268 - Vendôme me l'a dit avant hier tout haut quand il s'agissoit de retirer l'armée , afin qu'elle n'achevât pas de se perdre le lendemain) , je n'ai auprès de lui que la voix d'exhortation. Mais si le Roi me vouloit donner celle de décision, avec l'avis des maréchaux de France , et de quelques officiers sages et habiles que nous avons ici , je tâcherois de...
Page 254 - Les rois sont souvent obligés à faire des «choses contre leur inclination , et qui bles»sent leur bon naturel. Ils .doivent aimer »à faire plaisir, et il faut qu'ils châtient «souvent, et perdent des gens à qui naturellement ils veulent du bien.
Page 310 - Girone, il lui fera connoître que quand même on se rendroit maître de cette place , il seroit encore bien difficile au roi d'Espagne de soutenir la guerre, lorsque le Roi seroit obligé de retirer ses troupes de Catalogne au commencement de la campagne prochaine; que d'ailleurs on doit regarder comme une idée peu solide celle dont on se flatte de faire des progrès en Catalogne présentement; que l'archiduc est...
Page 258 - Enfin il a fallu que je lui ordonnasse de se retirer, parce que tout ce qui passait par lui, perdait de la grandeur et de la force qu'on doit avoir en exécutant les ordres d'un roi de France qui n'est pas malheureux.
Page 277 - ... ne doute point qu'ils ne s'y portent avec ardeur, s'ils y voient le moindre jour. Voilà à peu près, madame, les articles sur lesquels vous m'avez mandé que le maréchal de Catinat vous avoit parlé, et ce que je puis penser sur chacun.
Page 265 - Ce n'est pas du côté du courage; car il a essuyé lui seul plus que tout le reste de l'armée ensemble, et sur cela, on n'en peut trop dire de bien. Mais permettez qu'en peu de mots je vous dise ce qui s'est passé. Les ennemis ont douze lieues à faire, il n'en a que six : ils marchent trois jours de suite et passent l'Escaut à Oudenarde, tandis qu'il les croit encore sur la Deule.
Page 285 - ... et du Roi. Après cela, que l'on juge de moi comme l'on voudra : cela m'embarrasse peu , pourvu que ma conscience ne me reproche rien. J'en excepte quelquefois trop de condescendance, ou de foiblesse et de négligence ; car il faut tout avouer franchement.
Page 64 - ... en deux hommes incapables de le servir, au moins il n'a pas eu la pensée de vous nuire, comme leurs démarches ont donné lieu de le croire. Non...
Page 261 - ... notre salut. Par les efforts que nous ferons par « notre union , nos ennemis connoîtront que nous « ne sommes pas en l'état qu'ils veulent faire croire , « et que nous pourrons, par le secours que je vous « demande, le croyant indispensable, les obliger à « faire une paix honorable pour nous, durable pour * notre repos, et convenable à tous les princes de « l'Europe. C'est à quoi je penserai...
Page 222 - ... ouvertes, je ferai les instances nécessaires pour les y faire admettre : mais facilitez la paix, et songez à l'état où vous seriez si nos ennemis se réunissoient, et si je me voyois obligé de réunir toutes mes forces pour soutenir leurs nouveaux efforts. C'est pour...

Bibliographic information