Page images
PDF
EPUB

NUMB. XIII. VOL. IV.

BY C. VALLANCE Y, L. L. D.

*** He that answereth a Matter before he heareth it, it is folly and fame unto him.

Prov. xviii. 13. * ***

** Scotiæ Gallowanos, cx Gallecia in HISPANIA oriundos, HIBERNIAE Gallowanis nomen fuum indidiffe.). Si ::

A S. Bocvaxt de Ant. Gosselini veter. Gallorum

Histor. judicium, V. p. 1186 Çalliterides-ịnfulæ decem funt numero.-w-primais temporibus foli Phiqnices à Gadibus co pegacia tum iverunt, celantes, alios iftam.nasigationen,

STRABO, Lib. 3. p. 175.

Qui peut douter que la correspondence qu' eurent les Anciens Bretons pendant

tanţ.de lecles, fuit avec les Phéniciens, foit avec les Carthaginois, ne leur cut donne une connoissance parfait, non seulement des mocurs & des coutumes, mais aussi de la Religion Phénicienne. Ce Commerce même n'auroit pu fe. soutenir pendant un fi long espace de temps, i les Pheniciens n'euffent point eu dans ces Illes de grands établissemens, avec libertè dy faire profefion publique de leur Religiai, qui, par conséquent, ne pouvoit être ignorée des naturels du païs: il est même tres vraisemblable que ce fut de ces Insulaires, dont les Saxons reçurent la connoissance du Culte d'Astarte, c'est-a-dire d'Isis, par le moyen du commerce qu'ils eurent de tout topips sur les côtes des Illes Britanniques.

i Abbé de Fontenu, mem. de Litter, T. 7.

I will send those that escape of them, unto the nations, to Tarshish, Pul and

Lud, that draw the bow : to Tubal and Javan, TO THE ISLES AFAR OFF, that have not heard my fame, neither have seen my glory, and they shall declare my glory among the Gentiles.

Isaiah, Ixvi 19.

DU B L I N:
PRINTED BY W. SPOTS WOOD.

PRINTER TO THE ANTIQUARIAN SOCIETY ;
AND SOLD BY LUKE WHITE, DAME-STREET.

M DCC LXXXIV.

On confond les terms anciens, différement cloignés du berceau du monde ;

& si on leur fait grace de la stupiditè, on n'y voit qu'ignorance & ténebres. Mais l'ignorance eft en nous, qui les connaisons mal.

Lett. sur l'orig. des Sciences : addressées

a M. Voltaire par M. Bailly.

Les Orientaux avouent que les noms de Gog & de Magog, de Gin & de

Magin, de Tchin & de Matchin, font synonymes. Tchin est le mot oriental dont nous avons fait le nom de la Chinc.

Lett. sur l'Atlantide de Platon. par M. Bailly.

Les langues bien connues, bien étudiées peuvent donc revelér l'origine des

peuples, leur parenté, lés païs qu'ils ont habités, la terme des connaisfances où ils font arrivés & le degré de maturité de leur esprit.

On peut regarder les peuples de la Grece & de l'Italie comme les descendans

des Pheniciens & des Phrygicns : mais les peuples du Nord, qul parlaient l'IRLANDOIS & le Runique, avaient donc unc origine communc avec les PHENICIENS.

Les peuples en voiageant n'ont point changé de nom, ni d'idées : ils ont

imposé à des païs nouveaux des noms anciens, des noms familiers & chers. Le present est le fils du passé, il lui ressemble : ce que nous lisons de ces anciens tems eft l'histoire de nos fondations en Amerique où nous avons . transporté la France, l'Angleterre & l'Espagne.

Il ne faut pas entreprendre de lever entierement le voile d' l'antiquitè ; ce

voile est charge du poids de tant de fiecles, il faut tant d'efforts pour en foulever une partie ; c'eft bien assez d'apperccrois quelque chose.

(Ibid.)

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

ERUTA VISCERIBUS TERRÆ EST NOTITIA TANDBM
VERI, PARTE BREVIS VITÆ, UNIUSQUE LABORE ,
AT QUANTUM POTERIT MULTORUM VINCERE CURA.

O! UTINAM POISIM NERVOSUM CONDERE CARMEN,

HÆCCE NOVA ALLICIENS STUDIOSUM INHIARE REPERTA

LECTOREM, MERITO LAUDETUR UT INSULA JERNE,

« PreviousContinue »