Paris, Versailles et les provinces au dix-huitième siècle: anecdotes, par un ancien officier aux Gardes-françaises [J.L.M. Dugast de Bois-Saint-Just].

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 113 - IVfais la grande difficulté était de la faire en vers , et il n'avait aucune espèce de notion sur la poésie. Il s'adressa à un maître d'école qui n'en savait guère davantage , et lui demanda quelles étaient les règles de cet art. Le magister , d'un air doctoral, lui répondit que, quoiqu'une pièce de vers dût rouler sur le même sujet, il fallait néanmoins, autant qu'il était possible, que chaque vers pût présenter en lui-même une idée indépendante ; que , quant à la rime , il...
Page 104 - ... à l'humeur ou à la plaisanterie ; prévenu aisément pour ou contre, revenant de même ; parlant théologie à ses généraux, et guerre à ses archevêques ; ne lisant jamais, mais sondant tous ceux à qui il parle, et les contredisant pour en savoir davantage ; faisant la mine la plus sauvage ou la plus agréable ; affectant les manières les plus repoussantes ou les plus attirantes ; ayant enfin...
Page 222 - Oui, pour fée étourdie à vos traits je me livre ; Mais si ma prophétie a manqué son effet, II faut vous l'avouer, c'est qu'en ouvrant mon livre, J'avais pour le premier pris le second feuillet.
Page 206 - Ordinairement il expliquait ses idées fort au long; et quand il avait tout dit, il ajoutait : Mais ceci est un de mes arcanes que je ne dis à personne. Souvent un de ses élèves se levait et lui répétait à l'oreille ce qu'il venait de dire tout haut : alors Rouelle croyait que l'élève avait découvert [son...
Page 254 - II vous l'eût pris lui-même; et si dans la province II se donnait en tout vingt coups de nerf de bœuf, Mon père pour sa part en emboursait dix-neuf.
Page 103 - Potemkin ) qui a l'air paresseux, et qui travaille sans cesse ; qui n'a d'autre bureau que ses genoux, d'autre peigne que ses doigts ; toujours couché, et ne dormant ni jour ni nuit, parce que son zèle pour la souveraine, qu'il adore, l'agite toujours , et qu'un coup de canon qu'il n'essuie pas l'inquiète, par l'idée qu'il coûte la vie à quelques-uns de ses soldats. Peureux pour les autres , brave pour lui ; s'arrêtant sous le plus grand feu 'd'une batterie pour y donner ses ordres, cependant...
Page 350 - ... rendre à ma douce amie Des jours de paix , des nuits d'amour ; Je ne regrette plus la vie. Je revolerai près de toi Des lieux où la vertu sommeille ; Je ferai marcher devant moi Un songe heureux qui te réveille.
Page 143 - ... francs qu'il avait recueillis d'aumônes. Le voleur s'en allait content de sa capture, lorsque le Moine le rappelle. "Monsieur, lui dit-il, vous avez été assez bon pour me laisser la vie, mais en rentrant à mon couvent...
Page 105 - ... des pommes ou des navets; grondant ou riant, contrefaisant ou jurant, polissonnant ou priant, chantant ou méditant ; appelant, renvoyant, rappelant vingt aides-de-camp sans leur rien dire ; supportant le chaud mieux que personne, en ayant l'air de ne songer qu'aux bains les plus recherchés ; se moquant du froid en ayant l'air de ne pouvoir se passer de fourrures ; toujours sans caleçon; en chemise, ou...
Page 103 - Ulysse qu'Achille; inquiet avant tous les dangers, gai quand il y est ; triste dans les plaisirs ; malheureux à force d'être heureux, blasé sur tout, se dégoûtant aisément; morose, inconstant; philosophe profond , ministre habile, politique sublime, ou enfant de dix ans; point vindicatif, demandant pardon d'un chagrin qu'il a causé, réparant vite une injustice; croyant aimer Dieu; craignant le diable , qu'il s'imagine être encore plus grand et plus gros qu'un prince...

Bibliographic information