Page images
PDF
[graphic]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

DE TOUS LES HOMMES QUI, DEPUIS LA RÉVOLUTION
FRANÇAISE, ONT ACQUIS DE LA CÉLÉBRITÉ
PAR LEURs ACTIoNs, LEURs ÉCRITs, LEURs ERREURs oU LEURs CRIMEs,
SOIT EN FRANCE, SOIT DANS LES PAYS ÉTRANGERS ;
Précédée d'un Tableau par drdre chronologique des epoques célèbres et des événe-
mens remarquables, tarot en France qu'à l'étranger, depuis 1787 jusqu'à ce jour,
et d'une Table atphatétique des assemblées législatives, à partir de t'assemblée
constituante jusqu'aux dernières chambres des paizs et des députés.

PAR MM. A. V. A RNA U LT, Ancies MEMBRE DE L'INsTITUT; A. JAY ;
E. JOUY, DE L'ACADÉMIE FRANçAIsE; J. NORVINS, ET AUTREs
HoMMEs DE LETTREs, MAGISTRATs ET MILITAIREs.

[ocr errors][merged small][merged small]

A LA LIBRAIRIE HISTORIQUE, HOTEL D'ALIGRE,
RUE sAINT-HoNoRé, N° 125.

1824.

[graphic]
[ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

PANIS (N.), député de Paris, à la convention nationale, né dans le Périgord, était venu jeune achever ses études et se faire recevoir avocat à Paris. A l'époque de la révolution en 1789 , il était un des membres les moins connus du barreau de la capitale. Mais l'avocat sans cause et sans rènommée au parlement, se crut destiné à jouer un grand rôle comme défenseur de la cause populaire, et se lança avec fougue dans l'arène politique. Panis acquit bientôt une célébrité qui date, malheureusement pour lui, des horribles journées des 2 et 5 septembre 1792. S'il n'en fut point le promoteur, ni un des auteurs, comme onl'a injustement avancé,aumoins s'en rendit-ill'apologiste.Jusqu'au 1o août il avait été peu question de lui, quoiqu'il fût devenu le beau-frère du brasseur Santerre, qui exerçait déjà une grande influence sur le peuple des faubourgs, avant d'être nommé commandantgénéral de la garde nationale parisienne. Panis avait figuré, dit-on, à la tête des rassemblemens qui se T. V V I,

[ocr errors]

portèrent au château des Tuileries dans la matinée du 1o août ; ce qu'il y a de plus certain, c'est que, lorsque le succès de cette révolution fut assuré, il en profita un des premiers. Dans la nuit du 1 1 au 12, il s'installa à l'Hôtelde-Ville, en qualité de membre de cette commune monstrueuse, qui, inopinément, sans élection popu

.laire,usurpant tous les pouvoirs, se

constitua de sa propre autorité, et chassa les véritables représentans des citoyens de Paris. La nouvelle municipalité choisit bientôt dans son sein une commission composée de démagogues des plus violens, et à laquelle elle donna le nom de Comité de salut-public. Panis en fut nommé membre, et signa en cette qualité, avec Marat, Jourdheuil, Duplain, Sergent, et quelques autres, l'épouvantable circulaire envoyée dans tous les départemens, pour rendre compte des massacres des 2 et 5 septembre, et pour engager les autres communes de la France à imiter l'exemple donné par celle de Paris. Il y est dit : « que des

[ocr errors]
[graphic]
« PreviousContinue »