Page images
PDF

faire suspendre les négociations entamées avec les chefs des révoltés, remplaça ce général, et ramena dans la capitale l'armée qui devait agir contre celle de son frère. Appelé à faire partie de la Junte provisoire de gouvernement, il n'y resta que jusqu'au moment où la révolution de Palerme éclata. Envoyé en Sicile, pour reconnaître l'état de cette île, il s'acquitta de cette commission, et revintà Naples prendre le commandement de l'expédition ordonnée contre les insurgés de Palerme. Les instructions qu'il reçut de la junte et du ministère, portaient qu'il devait occuper la Sicile, pour y garantir l'ordre public. Les moyens mis à sa disposition pouvaient à peine atteindre ce but; mais ils auraient été insuffisans pour des opérations militaires, car il n'avait que 6,ooo hommes, les garnisons disséminées dans les places, et une flottille, composée en grande partie de barques canonnières. Le général Pépé débarqua le 1o septembre à Messine, où il fit ses dispositions pour marcher sur Palerme. Deux régimens étaient déjà en route, lorsque le prince de VillaFranca, seigneursicilien, qui avait fait partie d'une députation envoyée à Naples, pour y demander l'indépendance de la Sicile, et promettre en attendant un bon accueil à l'armée napolitaine, se présenta au quartier-genéral de Pépé, pour le prévenir que l'exaltation de la populace à Palerme était à son comble, et qu'elle laissait peu d'espoir à la junte de cette capitale de pouvoir tenir les engagemens pris avec le gou

vernement de Naples. Cette communication mit le général Pépé dans la position la plus difficile, car il se trouvait forcé d'attaquer une ville qu'il venait défendre : regardant néanmoins comme un grand bienfait pour elle de l'aider à sortir de l'anarchie où elle était tombée; et se confiant moins dans le nombre que dans l'esprit et la discipline de ses soldats, il hâta son mouvement sur Palerme, où il devança de quelques jours la flotte et l'artillerie de siége. Il fit une attaque vigoureuse, et pénétra dans une partie de la ville, jusqu'à la casine de la Cattolica; mais le petit nombre de ses troupes, et la nature des obstacles qu'il rencontra, lui firent sentir la nécessité d'attendre l' escadre et le parc d'artille.ie. Il prit une position avantageuse aux environs de la ville, et de là il repoussa les sorties faites contre lui, et chassa les insurgés des bauteurs de la vallée de Palerme. Le 2 et le 3 octobre, les sorties furent plus fréquentes; et les Palermitains, battus à plusieurs reprises par les . soldats de Pépé, perdirent 5o pièces de canon. Ce général crut le moment favorable pour offrir une capitulation à la ville : plusieurs propositions furent faites, et divers officiers envoyes; mais tous les moyens de conciliation parurent épuisés, lorsque l'on vit que les parlementaires étaient retenus ou repoussés. Dans cette extrémité le major Cianciulli, jeune officier de la plus haute distinction , et d'une bravoure à toute épreuve, n'ayant en vue que le bien public, eut la généreuse audace de se jeter au milieu

à haïr. Les officiers de son corps désapprouvaient hautement les discours de leur chef, qui n'aboutissaient qu'à leur faire des ennemis de ceux mêmes dont ils partageaient les dangers. Cette mésintelligence nuisit à la discipline de son régiment, et lui attira les reproches et même une punition de la part du maréchal Suchet, sous les ordres duquel il servait. Rentré à Naples avec les • débris de son corps, il s'y occupa de le réorganiser, et vers la fin de 1815 il fut élevé au grade de général de brigade, avec ordre de prendre le commandement de deux régimens qui faisaient partie de seconde division en Abruzze. Pépé, à la tête de cette même brigade, occupait une partie de la Romagne en 1814, lorsque le roi Joachim signa son traité d'alliance avec l'Autriche. Honteux de sa défection, qu'il n'osait pas annoncer à ses compagnons de gloire, ce prince reculait le moment qui devait le séparer d'eux. Le général Pépé, de son propre mouvement, mit fin à ces incertitudes , ordonnant aux officiers français attachés à sa brigade de se prononcer entre Naples et la France. La réponse de ces braves fut unanime : ils donnèrent tous leur démission. Cette détermination affligea profondément Joachim ; on crut alors que le général Pépé serait destitué, mais il en fut quitte pour une forte réprimande. Il fit la campagne de 1814, après laquelle il reçut le titre de baron , et une riche dotation en terres. En 1815, il se trouvait en congé à Naples, où il eut une discussion très-vive avec le

[ocr errors]

roi Joachim, auquel il demanda, en des termes peu mesurés, l'expulsion des Français des emplois civils, et une constitution pour son pays. Le roi se contenta de le renvoyer dans les Marches, où sa brigade était restée cantonnée. Dans l'absence momentanée du général en chef, il prit le commandement de deux divisions , et sa première idée fut de marcher sur la capitale, pour arracher par la force ce qu'il n'avait pu obtenir autrement. Deux officiers supérieurs auxquels il fit part de son projet, le repoussèrent avec horreur, Découragé de l'opposition qu'il rencontrait dans ses collègues, il n'osa plus rien entreprendre. Le roi Joachim venait de proclamer l'indépendance de l'Italie. Cet événement, qui sympathisait avec les idées de Pépé, renouvela son enthousiasme sans changer son caractère. Détaché, à la tête de sa brigade, pour couvrir la position de Carpi, il viola les instructions qu'on lui avait données, et prit l'offensive au lieu de se renfermer dans un système de défense. Repoussé par les Autrichiens, il sacrifia une partie de ses troupes, et se retira en désordre sur Modène, où le général Carascosa lui donna le temps de rallier ses soldats. Quelque soin qu'on eût mis à déguiser sa conduite dans cette affaire , elle lui fit beaucoup de tort dans l'opinion de l'armée, et ce ne fut qu'au pont du Reno où il put, par son courage, rétablir sa réputation comme soldat, après l'avoir perdue comme général. Le roi le nomma son aide-de-camp, sans le séparer de sa brigade, avec laquelle il se le parlement, et sa conduite approuvée par tout le monde ; le roi même le décora du grandcordon de Saint-Ferdinand, qu'il ne voulut point accepter,sa capitulation n'ayant pas été maintenue. Son procès fut abandonné, et à l'approche des troupes autrichiennes, il fut de nouveau rappelé à l'armée , et revêtu des fonctions de chef de l'état-major-général. Au retour du roi dans ses états . Florestan Pépé fut destitué de son grade, et dépouillé de ses décorations; on ne lui conserva que celle de Saint-Ferdinand, qu'il n'a jamais portée.

PÉPÉ (GUILLAUME), frère du précédent, ex-lieutenant-général, grand'croix de l'ordre de SaintGeorges de la Réunion, etc. , est né à Squillace, dans la Calabre ultérieure, en 1782. A l'âge de 15 ans il fut placé au collége militaire

de Naples, oû il se trouvait encore

lorsque la révolution de 1799 éclata. Quoiqu'il n'y eût pris d'autre part que de s'enrôler dans un corps de volontaires calabrais , il n'en fut pas moins obligé de quitter son pays, et de chercher un asile en France contre la réaction. Il alla rejoindre la légion italienne, qui avait déjà repassé les Alpes ; et la paix de Florence lui ouvrit plus tard les portes de Naples, où quelques étourderies de jeunesse attirèrent sur lui l'attention de la police : il fut arrêté, et jeté dans les prisons de Maretimo (c'est une île dépendante de la Sicile, et où le gouvernement de Naples envoie les prévenus pour cause d'opinion ou d'état ; il y a un château, et l'on a converti en priSon une ancienne citerne creusée

dans le flanc d'un rocher), où il resta enfermé jusqu'à l'été de 18o6, époque de la seconde invasion française dans le royaume de Naples. Comme il ne prit aucune part à la tentative faite par ses compagnons d'infortune pour se soustraire au traitement barbare de leurs geoliers, cette conduite lui valut un rapport favorable, sa mise en liberté, et la permission de rentrer au sein de sa famille en Calabre. Il y arriva peu de temps après la perte de la bataille de Mlaïda , dont les suites furent si funestes pour la tranquillité de ces provinces ; l'insurrection s'y était manifestée sur tous les points, et Pépé , bloqué à Scigliano par une bande de brigands , aurait péri sous leurs coups, sans la protection qui lui fut accordée par leur chef. Il se rendit à Naples pour y briguer une place dans l'armée. Nommé major des gardes nationales en Calabre, il partit pour sa nouvelle déstination. Envoyé en garnison aux Sept-Iles, il y resta toute l'année 18o8 , et revint à Naples l'année suivante. Le roi Joachim (voyez MURAT) le choisit pour son officier d'ordonnance. Après plusieurs voyages en Calabre pour y apporter les ordres du roi au général Partouneaux, il obtint le grade de colonel, et peu après le commandement du 8° de ligne napolitain, qu'il alla rejoindre en Espagne. Dans les deux campagnes qu'il y fit, il n'eut pas d'occasion de se distinguer militairement ; mais il en chercha pour montrer un esprit d'opposition contre les Français, qu'un sentiment de patriotisme et d'indépendance mal placé le portait à haïr. Les officiers de son corps désapprouvaient hautement les discours de leur chef, qui n'aboutissaient qu'à leur faire des ennemis de ceux mêmes dont ils partageaient les dangers. Cette mésintelligence nuisit à la discipline de son régiment, et lui attira les reproches et même une punition de la part du maréchal Suchet, sous les ordres duquel il servait. Rentré à Naples avec les · débris de son corps, il s'y occupa de le réorganiser, et vers la fin de 1815 il fut élevé au grade de général de brigade, avec ordre de prendre le commandement de deux régimens qui faisaient partie de seconde division en Abruzze. Pépé, à la tête de cette même brigade, occupait une partie de la Romagne en 1814, lorsque le roi Joachim signa son traité d'alliance avec l'Autriche. Honteux de sa défection, qu'il n'osait pas annoncer à ses compagnons de gloire, ce prince reculait le moment qui devait le séparer d'eux. Le général Pépé, de son propre mouvement, mit fin à ces incertitudes , ordonnant aux officiers français attachés à sa brigade de se prononcer entre Naples et la France. La réponse de ces braves fut unanime : ils donnèrent tous leur démission. Cette détermination affligea profondément Joachim ; on crut alors que le général Pépé serait destitué, mais il en fut quitte pour une forte réprimande. Il fit la campagne de 1814, après laquelle il reçut le titre de baron, et une riche dotation en terres. En 1815, il se trouvait en congé à Naples, où il eut une discussion très-vive avec le

roi Joachim, auquel il demanda, en des termes peu mesurés, l'expulsion des Français des emplois civils, et une constitution pour son pays. Le roi se contenta de le renvoyer dans les Marches, où sa brigade était restée cantonnée. Dans l'absence momentanée du général en chef, il prit le commandement de deux divisions , et sa preinière idée fut de marcher sur la capitale, pour arracher par la force ce qu'il n'avait pu obtenir autrement. Deux officiers supérieurs auxquels il fit part de son projet, le repoussèrent avec horreur. Découragé de l'opposition qu'il rencontrait dans ses collègues, il n'osa plus rien entreprendre. Le roi Joachim venait de proclamer l'indépendance de l'Italie. Cet événement, qui sympathisait avec les idées de Pépé, renouvela son enthousiasme sans changer son caractère. Détaché, à la tête de sa brigade, pour couvrir la position de Carpi, il viola les instructions qu'on lui avait données, et prit l'offensive au lieu de se renfermer dans un système de défense. Repoussé par les Autrichiens, il sacrifia une partie de ses troupes, et se retira en désordre sur Modène, où le général Carascosa lui donna le temps de rallier ses soldats. Quelque soin qu'on eût mis à déguiser sa conduite dans cette affaire , elle lui fit beaucoup de tort dans l'opinion de l'armée, et ce ne fut qu'au pont du Reno où il put, par son courage, rétablir sa réputation comme soldat, après l'avoir perdue comme général. Le roi le nomma son aide-de-camp, sans le séparer de sa brigade, avec laquelle il se rendit à Capoue. Le général Carascosa lui confia le gouvernement de cette place, et comme Pépé lui témoignait le désir d'avoir le grade de lieutenant-général, Carascosa appuya cette demande auprès du roi, qui mit son approbation en marge du rapport. Après le traité de Casalanza, Pépé fit des démarches pour être reconnu dans son nouveau grade. D'après les maximes adoptées par le ministère d'alors, il aurait dû en perdre la propriété et n'en conserver que le rang, car il lui manquait un décret revêtu des formalités exigées par la loi; mais il avait été le premier à redemander du service. Lui

[blocks in formation]

éloignement, que son système de rigueur ne pouvait qu'augmenter, ses efforts ne produisirent aucun résultat satisfaisant. Il allait renoncer à son entreprise lorsque, dit-on, quelques chefs des Carbonari, dont il était environné, lui firent comprendre que pour intéresser tout le monde à cette organisation, il fallait laisser entrevoir un but politique qui fût d'accord avec les vœux de leur secte; les affiliés de cette société auraient alors pris sur eux de lui aplanir tous les obstacles. Pépé n'était pas carbonaro, mais il mettait un trèsgrand amour-propre à briller parmi ses collègues. La proposition qu'on lui venait de faire aurait pu lui paraître en opposition avec ses devoirs, si elle n'eût répondu à ses désirs; il n'y vit qu'un bon moyen de se faire remarquer aux yeux du gouvernement, sans s'inquiéter aucunement des conséquences qui pouvaient en dériver. Il souscrivit aux conditions qu'on lui dictait, et en peu de temps les milices d'Avellino et de Foggia furent organisées et habillées, et le brigandage, maladie indigène de ces contrées, entièrement détruit. Le gouvernement, surpris de ce double résultat, en fit témoigner sa satisfaction au général Pépé, qui, chose étrange, recevait les éloges de ceux dont il préparait la chute. En attendant, la secte lui demandait d'accomplir ses promesses, et le général Pépé se défendait de son mieux , en donnant des espérances. Les choses en étaient en cet état, lorsque la révolution d'Espagne exalta tous les esprits. Pépé n'avait pas de plan arrêté : en donnant l'éveil au

« PreviousContinue »