Page images
PDF
EPUB

Yes,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

the Edinburgh Annual Register, said to the people of Vittoria

you
will win your cause,

but
you
shall not have

eyes

to weep for the state in which you will be left.”

Let us now see what was the language held in England, during the same time. The orators of the opposition were now denouncing, that “the Spanish chiefs had only a little hour to fret and strut." Sir John Moore was held out as a martyr to the obstinate ignorance with which a desperate cause was de. fended. Lord Grenville was declaiming, that it was idle and absurd to expect any co-operation from an armed peasantry, and all idea of it was shewn to be nugatory and fallacious: an armed population could not be considered as a disciplined army, and it was not enough that men should be sincerely attached to the cause they were to defend. Mr. Ward could see nothing in the Spaniards but matter for contempt and reproach; he neither expected their success, nor hardly, by his own confes sion, wished for it. Lord Moira judged more accurately of the state of the case, though he blamed the manner in which we had profited by the enthusiasm, of which he could not deny. the existence, for nothing but enthusiasm could have kept armies together, after so many defeats and disasters. That enthusiasm, said he, made Spain a lever, by which the power of France might have been removed from its foundations. Very different from the language of the opposition, was that of the Spanish Junta. That body, however inefficient it might, and from its very constitution must have been, as an executive government, yet gave proofs of constancy and devotion to the cause, 'in the midst of overwhelming disasters, which well entitled its members to have met with a better reward after the successful termination of their loyal struggle. When even the English despaired, the Junta was still strong in hope, and appealed to the spirit of patriotism, as a proof of divine inspiration. This invincible perseverance, which led them to believe themselves honestly unbroken, in spite of the greatest misfortunes, appears to have misled Sir John Moore, who constantly accused the Spaniards of having concealed from him their situation and their defeats, and of exaggerating their strength and means of resistance.

“ Il se trompoit, comme le chef des armées françaises, sur le caractère espagnol, et il prenoit généralement pour de la foiblesse tout ce que le patriotisme fait faire croire et dire à des peuples dépourvus de ressources militaires, mais forts par le charactère national, et qui sont indomptables par cela même qu'ils s'exagèrent de bonne foi leurs revers." P. 101.

The last part of this sentence is thus strangely mistranslated

who are invincible, inasmuch as it is their own determination and spirit which exaggerate their means." We have observed

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

fices;

very few similar instances of wandering from the author's meaning: Even after the decisive battle of Medellin or Merida, where General Cuesta was defeated with the loss of 12,000 men, the Junta appealed to the shade of Fernand Cortès, who happened to be born in that city, to witness with approbatiou the intrepidity and bravery with which bis descendants with stood the shock of the French army near the place of his birth, Like the Roman senate, which, after the defeat at Cannæ, thanked Varus, because he had not despaired of the salvation of Rome, the supreme Junta of Seville declared by a public ordonnance, that Cuesta and his army had deserved well of their country, and awarded to them medals and rauk and double pay, and all the recompences

of victorious troops. The consequence was, that a fortnight after the battle, the Spanish army recovered from its losses, and with a force of 30,000 men, had occupied the passes of the mountains in front of the French. The following extract from the report which precedes the de-. cree of rewards to the vanquished army, contains language so noble and spirited, that it ought to be better known.

« Lors de la reddition de l'immortelle Saragosse, la junte suprême a manifesté par un décret qu'elle ne mesurait pas tant les services rendus à la patrie d'après le succès que d'après les sacri

elle veut de même en cette occasion accorder aux soldats de l'armée d'Estramadure les éloges et les récompenses qu'ils ont mérités. C'est en vain que les Espagnols traîtres à leur des Français aventuriers, chercheront dans Madrid à tourner en ridicule ces récompenses données après de grands revers. Qu'ils s'en moquent, s'ils le veulent, à la bonne heure, la raillerie insos lente des hommes pervers est un des trophées de la vertu! Le monde verra cependant que le gouvernement de l'Espagne ne se laisse pas abattre par un mauvais

succès, et qu'il ne désespère pas du salut de l'état, tant qu'il voit qu'il reste du courage aux armées et qu'il y a du patriotisme dans les provinces." P. 399.

Anecdotes which tend to shew this spirit are interesting, and will find a place in history; but enough have been cited to afford sufficient evidence of the feelings which agitated for so long a period this quarter of the continent. To conclude our sketch, we will throw hastily together some few remaining passages which have struck our attention in reading the memoirs of M. Rocca. The life of the soldier is described with great spirit, and the author frequently dwells upon its mixture of evils and charms, with the gaiety which is so characteristic of his profession. It is the peculiar licence of the soldier to find himself at home everywhere, and the French did not lose sight of this principle, even in the deserted towns and villages through which they daily marched. Immediately upon their arrival, ibe'new colony was founded, and the empty houses echoed gloomily to the sounds of the drum or trumpet; every regiment occupied a

ward,

pays, et

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

ward, every

company a street, and new names were given in a moment by this transitory population to the places it occupied : such a spot was le quartier des dragons ; la rice de telle compagnie , la maison du general; la place de la gran garde; la place du rassemblement. Often on the walls of a convent might be read, written with charcoal, Cascerne de tel bataillon. From the cell of a deserted cloister, hung a sign with a French in. scription, bearing the name of one of the first cooks in Paris ;. he was a victualler, who had hastened to set up his ambulatory tavern in that spot. This was termed se loger militairement; that is to say, wherever they could find room.

We are happy to find by the following anecdote, that greater respect was paid to the unfortunate inhabitants of the convents, thari to their peaceful cells.

“ Some of our flank companies met some nuns, who had quitted Burgos during the battle the day before. These poor creatures, some of whom had never been without the precincts of their cloister, had walked, in their fright, as far as their limbs could bear them without stopping, and had tried to conceal themselves in the groves near the river. On first seeing us at a distance they dispersed, but on our nearer approach they gathered together, and remained on their knees, close to each other, with their heads hanging down and enveloped in their hoods. She who had preserved most presence of mind, placed herself upright before her companions. On her face was an air of candour and dignity, and that kind of calmness which is given by strong emotions in a moment of despair. The nun who

stood up said, as she touched the beads of her rosary, to the soldiers who passed nearest, as if to implore their protection, the only three words she knew of our lairguage, “ Bon Jour, Messieurs François." These poor nuns were left in peace.” P. 27.

The following extract presents the faithful portrait of the sol. dier of every nation, and of the French soldier in particular, thoughtless and gay and spirited in success, but sunk and feeble and powerless in reverses.

“ Soit que nous habitassions dans ces maisons, soit que nous fussions au bivouac dans les champs, notre genre d'existerice étoit le même ; seulement au lieu de nous transporter d'une maison dans une autre, nous quittions notre feu pour aller nous placer auprès de celui de nos camarades. Là nous passions les longues nuits à boire, et à parler des événemens présents de la guerre, ou bien à entendre le récit des campagnes passées. Quelquefois un cheval, tourmenté par le froid de la rosée aux approches du point du jour, arrachoit le piquet auquel il étoit attaché, et venoit doucement avancer la tête auprès du feu, pour réchauffer ses

T.

naseaux, VOL. IV. DEC. 1815.

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

naseaux, comme si ce vieux serviteur ent rappeller qu'il étoit aussi présent à l'affaire qu'on racontoit.

“ La vie" tout à la fois simple et agitée que nous menions, avoit ses maux et ses charmes. Lorsqu'on étoit en présence de l'en. semi, on voyoit presqu'à toutes les heures du jour, des détache. mens partir, et d'autres rentrer apportant des nouvelles, après de longues absences, de diverses parties de l'Espagne fort éloignées

. Lorsqu'on recevoit l'ordre de se tenir prêt à monter à cheval, on pouvoit aussi bien être envoyé en France, en Allemagne, à l'ex. trémité de l'Europe enfin, qu'à une expédition de peu de durée; lorsqu'on se quittoit on ne savoit pas si l'on devoit jamais se revoir; lorsqu'on s'arrêtoit en quelque lieu, on igyoroit si l'on devoit y séjourner des mois entiers, ou bien y rester seulement quelques heures. L'attente même la plus longue et la plus monotone se passoit sans ennui parcequ'on couroit toujours la chance de voir arriver. quelque événement imprévu. . Nous étions souvent dans un manque absolu des choses les plus nécessaires à la vie, mais nous nous consolions de la détresse par l'espérance d'un changement prochain. Quand on se retrouvoit dans l'abondance on se pressoit d'en jouir, on se hâtoit de vivre, on faisoit tout vite, parcequ'on savoit que rien ne devoit durer. Lorsque le canon des batailles grondoit dans le lointain, annonçant une attaque prochaine sur un point de la ligne ennemie, lorsque les corps se portoient en hâte au lieu de l'action, on voyoit des frères, des ámis servant dans divers corps, se reconnoître et s'arrêter pour s'embrasser et se dire un prompt adieu: leurs armes se heurtoient, leurs panaches se croisoient, et ils retournoient promptement reprendre leurs rangs.

L'habitude des dangers faisoit regarder la mort comme si c'eut été une des circonstances les plus ordinaires de la vie; on plaignoit ses camarades blessés, mais dès qu'ils avoient cessé de vivre, on ne manifestoit plus pour eux qu'une indifférence qui

alloit souvent jusqu'à l'ironie. Lorsque des soldats reconnoissoient, en passant, un de leurs compagnons parmi les morts étendus sur la terre, ils disoient, - II na plus besoin de rien, il ne maltraitera plus son cheval, il ne pourra plus s'enivrer,"

'-ou quelqu'autre propos de ce genre, qui montroient dans ceux qui les tenoient un stoïque dédain de l'existence; c'étoit la seule oraison funèbre des guerriers qui succomboient dans les combats. ,

« Les diverses armes qui composoient notre armée, la cavalerie et l'infanterie surtout, différoient beaucoup entr'elles par les inæurs et les habitudes. Les soldats de l'infanterie n'ayant chacun à s'occuper que d'eux-mêmes et de leur fusil, étoient égoïstes, grands parleurs et grands dormeurs. Condamnés en campagne par la crainte du deslionneur à marcher jusqu'à la mort, ils se montroient impitoyables à la guerre, et faisoient souffrir aux autres, quand ils le pouvoient, ce qu'ils avoient eux-mênies souffert. Ils étoient raisonneurs, et quelquefois même insoleus envers leurs officiers ; mais au milieu des fatigues à outrance qu'ils sup

portoient,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

faisoittarit

[ocr errors]

mettoit dans le parti du rieur. Ils oublioient tous leurs maux,

portoient, souvent un bon mot les ramenoit à la raison, et les dès que le premier coup de fusil de l'ennemi s'étoit fait entendre.

« On accusoit généralement les hussards et les chasseurs à cheval d'être pillards, prodigues, d'aimer à boire, et de se croire

tout permis en présence de l'ennemi. Accoutumés à ne donner, fort

pour ainsi dires qu’un æil au sommeil, à tenir toujours une oreille ouverte aux sons de la trompette d'alarme, à éclairer la marche

au loin en avant de l'armée, à pressentir les pièges de l'ennemi, peu deb

à deviner les moindres traces de son passage, à fouiller les ravins; à voir comme l'aigle au loin dans la plaine ;-ils avoient dû acquérir une intelligence supérieure, et des habitudes d'indépendance. Cependant ils étoient toujours silencieux et soumis en présence de leurs officiers, par la crainte d'être mis à pied.

* Fumant sans cesse pour endormir la vie, le soldat de la tion et

cavalerie légère bravoit, dans tous les pays, sous son large manbodies it

teau, les rigueurs du climat. Le cavalier et son cheval, habitués à vivre ensemble, contractoient des caractères de ressemblance. Le cavalier s'animoit par son cheval, et le cheval par son maître. Lorqu'on hussard peu sobre poussoit son coursier rapide, dans les ravins, au milieu des précipices, le cheval reprenoit à lui tout seul l'empire que la raison donnoit auparavant à l'homme ; il mesuroit sa hardiesse, redoubloit de prudence, évitoit les dangers, 'et revenoit toujours, après quelques détours, reprendre dans les rangs sa place, et celle son maître. Quelquefois aussi pendant la marche, le cheval ralentissoit doucement son allure, ou bien il s'inclinoit à

propos, pour retenir sur sa selle le hussard enivré qui s'étoit endormi. Quand celui-ci réveilloit de ce sommeil involontaire, et qu'il voyoit son cheval haletant de fatigue, il juroit, pleuroit, et faisoit serment de ne plus boire. Pendant plusieurs jours il marchoit à pied et se prevoit de son pain pour en faire part à son compagnon.

“ Lorsqu'un coup de carabine entendu du côté des vedettes, répandoit l'alarme dans un camp de cavalerie légère, en un clin d'oeil les chevaux étoient bridés et l'on voyoit les cavaliers franchir, de toutes parts, les feux du bivouac, les hayes, les fossés et se porter avec la rapidité de l'éclair, au lieu du rassemblement

pour repousser les premières attaques de l'ennemi. Le cheval du trompette restoit seul impassible au milieu du tumulte ; mais dès que son maître avoit cessé de sonner, il' santoit alors d'impati. ence, et s'animoit pour aller rejoindre ses camarades." P. 117.

“ Les grandes marches de notre armée se prolongeoient souvent dans la nuit, et l'on entendoit en passant auprès des escadrons, des Italiens, des Allemans, ou des Français, qui chantoient leurs airs nationaux, pour oublier leurs fatigues, et se donner, dans une terre lointaine et ennemie, le souvenir présent de la patrie absente.

“ L'armée s'arrétoit le soir très tard, augrès de bourgs ou de vijlages déserts, et nous nous trouvions lors de notre arrivée, dans un manque absolu de tout: mais on yoyoit bientôt les soldats se It 2

répandre

[ocr errors]
[ocr errors]

mort ME

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »